Cotillon

89,00

Parfum féminin
Eau de toilette 50ml
Millésime 2016
Fabrication artisanale française
100% naturel

En stock (peut être commandé)

Description

Cotillon
Ce parfum vous charmera par son bouquet sucré et délicat
La joie et la fantaisie rempliront votre cœur de rêves et de souvenirs joyeux
Eau de toilette, 50ml
Millésime 2016
Genre : parfum féminin
Famille olfactive : fruité fleuri fantasque et enivrant (voyage en Chypre)

Pyramide olfactive

Notes de tête :
chyprée ( bergamote, lavande de Bulgarie ) , fruitée ( pamplemousse, citron de Sicile ) , fraiche ( eucalyptus globulus ) , verte.
Notes de cœur :
chyprée ( lavande vraie, camomille bleue, iris ) , fraiche ( eucalyptus citronné, eucalyptus Smithii ) , fleurie, note fruitée ( lemongrass du Guatemala ) , tournesol.
Notes de fond :
ambre, boisée ( santal amyris, patchouli ) , musc naturel.

Nuage olfactif

Après la surprise d’une sensation de fraicheur citronnée et parsemée de lavande, vous vous étonnerez de l’exaltant voyage accompli par votre odorat. Emporté par des arômes sucrés et fleuris, sa fragrance vous amènera délicatement vers des effluves de santal et d’écorce.
Tête : lavande, pamplemousse, citron de Sicile, eucalyptus
Cœur : lavande, iris, camomille, eucalyptus
Fond : ambre, santal, musc naturel

Parfum artisanalParfum naturel

Le cavalier et le miroir

Texte librement inspiré du 1er chapitre d’Alice au pays des merveilles,
de Lewis Carroll

CHAPITRE PREMIER
AU FOND DE VOTRE RÊVE
Une voyageuse assise dans un train en partance pour les Highlands, seule, regardait le paysage défiler.
Son reflet l’intriguait tant elle semblait parfois y distinguer une autre femme.
Elle s’était mise à réfléchir (tant bien que mal, car la chaleur du wagon l’endormait et la rendait lourde). Elle rêvait de lavande, de fleurs coupées laissées séchées au soleil. Quand soudain, son reflet sembla s’animer alors qu’elle-même sommeillait.
Cette jeune femme dans le miroir, regardait sa montre, une belle montre aux rouages complexes. Entraînée par la curiosité, elle tendit sa main vers la vitre, et se retrouva projetée dans un autre temps. Elle s’élança joyeuse sur les traces de cette belle inconnue à travers un paysage charmant : vert tendre, ciel teinté de violet, champs de tournesol vallonnant ses creux. Au bout de cette course fantastique, elle arriva juste à temps pour la voir disparaître dans un large trou au pied d’une haie. Elle s’y faufila elle aussi : son jean troué et ses cheveux rouges en avaient vu d’autres.
« Pendant un bout de chemin le trou allait tout droit comme un tunnel, puis tout à coup il plongeait perpendiculairement d’une façon si brusque qu’elle se sentit tomber comme dans un puits d’une grande profondeur, avant même d’avoir pensé à se retenir.
De deux choses l’une, ou le puits était vraiment bien profond, ou elle tombait bien doucement ; car elle eut tout le loisir, dans sa chute, de regarder autour d’elle et de se demander avec étonnement ce qu’elle allait devenir. D’abord elle regarda dans le fond du trou pour savoir où elle allait ; mais il y faisait bien trop sombre pour y rien voir. »
Puis une lumière intense, un air de fête, des rires, elle se retrouva sur une chaise, un miroir à la main. De la buée sur celui-ci qu’elle essuya d’un revers. Un homme derrière elle poussa un long soupir plaintif. Elle se retourna, un autre homme venait de prendre sa place, lui tendit la main. Elle était douce et lumineuse. Elle la saisit et se retrouva plongée dans une danse pleine d’entrain dont elle ne connaissait pas les codes… Son charmant partenaire avait une odeur de santal, de musc délicat. Leur flirt était léger, de peau à peau, goût de citron sur les lèvres, dans la chaleur d’un bal en joie. Entre ses pieds, un lapin blanc s’échappa à toute vitesse « En retard, en retard » …
Elle se réveilla toute encore troublée par ce songe fort étrange, voyageuse du temps, elle reprenait sa route vers son présent. Mais, dans sa main une carte :
« Ma commère, quand je danse,
Mon cotillon va-t-il bien? »
Arrivée à Mallaig, elle fit des recherches, et voici qu’elle découvrit une des figures du Cotillon, jeu de société dansant, du début XIXème, parmi tant d’autres ( l’éventail, le coussin, le rond interrompu, les animaux, les fleurs… )

« Le miroir.
Une dame est assise au milieu du salon de danse et il lui est remis un petit miroir. Chaque danseur vient alors se présenter tour à tour derrière elle. Elle peut voir leur reflet. Si elle ne souhaite pas danser, elle essuie le miroir : le cavalier se retire et ainsi de suite. »

Inspiration
www.lemonde.fr/voyage/article/2006/10/01/vers-les-hautes-solitudes-des-highlands_1338367_3546
www.cosmovisions.com/musiCotillon
fr.wikisource.org/wiki/Alice_au_pays_des_merveilles/Texte_entier

Analyse du parfum, test peau et goût, évolution

TEST PEAU
Aucune irritation
TEST GOÛT
Neutre, pas d’amertume
JOUR 1
Terrain : sur la peau, matin, tôt (8h00)
Premières minutes : notes de tête, chaleur, notes sucrées, fleurs suaves, agrumes, sensation de retrouver quelqu’un, une amie, aucunes sensations d’étrangeté.
Après 10 minutes : frais et dynamique, joie ; fruit, souvenir d’un citron en Grèce, couleurs chaudes, un voyage se dessine, lavande d’un jour d’été, dans la garrigue.
Puis, on est emporté par différents arômes. L’envie de s’y lover et de se souvenir. Ces senteurs nous rattachent à un autre moi, qui pourtant est moi. Un brin d’enfance, de fantaisie
A 15h : manifestation très élégante. Comme une noble forêt. La forêt des Ardenne ; toujours là en subtilité, au détour d’un grain de peau, ou d’un mouvement. On esquisse avec lui quelques pas de danse, oui cotillon
JOUR 2
Terrain : [sur mouillette et bras] Plaisir de retrouver ses notes fruitées et si fortes. Son effluve est solide, elle ne nous abandonnera pas. Vigueur et douceur. Ses notes s’élèvent, piquantes de joie et de soleil même en ce gris d’automne.
Je prends le train avec lui. Et flash. Je comprends.
Je la rencontre, elle, voyageuse du temps,
La femme derrière le miroir, Alice, Alice Outlander. Sursaut ?
Voyage temporel, ancrage du présent
JOUR 3
Test Julien, ses impressions
Début de journée : Parfum fruité ; il rappelle l’été.
Et quelques heures plus tard : souvenir de flirt, lorsque tu embrasses les filles et que tu es adolescent, quand tu peux te tenir tout près d’elles.
JOUR 4
1) Premier geste : explosion – Citron, frais // Presque piquant, puissance // espace rempli, diffusion subtile et immédiate
2) 30 sec/1mn : citron, acidité sans l’amer, eucalyptus, un côté pimenté, la fleur au détour d’une rue, une note de musique : Si, un son aigu
3) 10 mn (9H30) : plusieurs exhalaisons, couleur verte, puis violette, eau, ciel // Un ensemble se dessine, comme un tableau // énigmatique, fascinant, difficile à déchiffrer // Lavande fraichement coupée, sève // fruit, // prêt à l’envol// un oiseau pourrait le porter // une mouette rieuse // On danse ?
4) 10h : parfum d’antan, chaud, suave toujours. Profond, une atmosphère s’installe, une effluve comme une caresse // bois, ambre odeur particulière, parfum de salon littéraire
5) 10H30 : plus sucré, toujours les notes parsemées de lavande, parfum de nuit et de confidences
Une danse, volant blanc, devant la falaise, la nuit
6) 11H : plus subtil, plus doux, lavande qui se manifeste toujours plus frais, la nuit s’accentue, la musique de la fête au loin
7) 11H30 : plus calme, petite fleur, toujours harmonieux, présent, présence, sereine
8) 12H00 : le violet prédomine, plus aigu, dense et fruitée dans le souvenir. Mouvement vers le haut
9) 12H30 : fleuri, petites touches, un peu cendré, la fête, les odeurs de peau à peau, aigu, notes de bois
10) 13H : petites fragrances délicates, persistantes, ne partent pas, toujours fleuries et boisées
11) 13H30 : légèreté des notes laissées après une nuit sur le coussin, senteur d’écorce…
12) 14H : petites notes plus espacées, comme un silence entre deux notes sucrées et boisées
13) 14H30 : délicatesse des arômes, subtilité et souvenir de puissance. Envoûtement

Découvrez nos autres créations, des eaux de toilette pour rêver encore…
 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.